Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 août 2008 7 24 /08 /août /2008 14:13


                                  


Infos pratiques

Titre : Gravitation 
Mangaka : Maki Murakami
Type : Shonen ai
Genre : romance, comédie, musique
Pays d'origine : Japon
Date publication : 2002
Editeur VF : Taifu Comic
Tomes : 12



Résumé


Au Japon, de nos jours, un jeune homme nommé Shûichi rêve de devenir la plus grande pop star de son pays, suivant ainsi l'exemple de son idole, le leader du groupe Nittle Grasper, qui provoqua un véritable phénomène avant que ses trois membres ne se séparent. Son ami Hiro, guitariste, et lui-même forment leur propre groupe de techno/pop/rock (l'auteur définit leur genre comme techno à la base mais avec beaucoup d'autres choses) « Bad Luck ». Mais voilà que Shûichi est en mal d'inspiration, et qu'il rencontre Yuki, un écrivain à la mode qui l'enfonce. Shûichi prend aussitôt la mouche et part en croisade. Dès lors, une relation tout aussi fusionnelle que chaotique se met en place, tandis que parallèlement la carrière artistique de shindo décolle, puisque qu'il signe un contrat professionnel avec N-G, maison de production dirigée par un ancien "Nittle Grasper" Dans le monde du showbiz, les relations amoureuses ne sont pas des plus faciles à vivre, surtout lorsqu'elles sortent de l'ordinaire...  (pris sur Wiki)



Avis


Voici un manga qui fait sans nul doute partit de mes 7 préférés (j'aime les classements un peu destructurés) bien que je ne sache pas exactement pourquoi. Pour l'instant seulement 12 tomes sont sortis mais j'attends avec impatience la suite!

 

En ce qui concerne les dessins, ils ne sont ni très travaillés ni très précis, ni forcément beaux mais ce que j'aime en eux c'est qu'ils sont très vivants, très vifs, ils transmettent une grande énergie! Et c'est d'ailleurs sur ce dynamisme que la mangaka a fait le pari (réussit) du succès de son oeuvre! Vous êtes épuisés? De mauvaise humeur? Ou tout simplement avez envie de vous détendre et rire un peu? Ce manga est fait pour vous.


Je l'avais au départ commencé car j'étais dans ma période Yaoi et que, d'après les dessins, le personnage de Yuki était très beau (chacun son truc!) ; mais je me suis surtout, par la suite, attachée au côté comique, que dis-je hilarant du manga! Je préfère prévenir, si vous êtes très terre-à-terre, ce n'est pas sûr que vous appréciez, la majorité des scènes étant à prendre au second voir troisème degré! Le héro, Shuichi est tout simplement énorme, il arrive à nous faire oublier nos soucis en quelques pages tellement ses tentatives de conquérir et surtout de garder Yuki le rendent à la fois pathétique, émouvant et adorable. On y retrouve beaucoup de références à d'autres manga et on se moque gentiment des clichés que l'on reprend même à une sauce différente (les saignements de nez, les cosplays...). C'est donc ce côté humoristique qui domine dans TOUS les tomes, et il est vraiment agréable au lecteur de découvrir que la mangaka a su garder au fil des pages une telle fraîcheur dans les situations et les répliques.
Mais parallèlement à cela, avec le personnage de Yuki, se développe le registre dramatique qui fait une très bonne balance avec tout l'humour qui est déployé. Je dirais même que vient un moment où on ne sait plus très bien si les larmes qui coulent sont de rire ou d'émotion. Bref, tout cela pour dire que malgré (ou grâce à) un graphisme peu détaillé et approfondi, les émotions passent énormément et l'on ressent beaucoup de sympathie pour ce petit bout d'homme qui n'hésite pas à se déguiser en lycéenne, banane ou autre canette de bierre ...


Pour être plus précise quand à l'histoire, je pense que malgré un genre qui devient de plus en plus commun (mais cela reste assez bloqué en France tout de même), la relation amoureuse entre les deux hommes reste une raison pour intringuer beaucoup de monde, tout du moins au départ. On survole beaucoup de registres en même temps (comique, yaoi, drame, musique) ce qui est assez original car on ne se focalise pas tout le temps sur les deux héros. Malgré tout, leur avancée dans l'histoire est super intéressante, ces deux personnes étant aussi paumées l'une que l'autre. Leur futur n'est pas simplement tracé dès le début, pas mal d'ennuis vous venir se mettre sur leur chemin mais là où la différence avec les autres romances apparait, c'est que ces ennuis ne viennent pas de l'extérieur mais principalement d'eux-même, ce qui fait que l'on peut très bien s'y reconnaitre. Ils doutent, ne sont pas sûrs de se mériter l'un l'autre. Cela reste, contrairement à ce que le style du dessin laisse paraître, une belle histoire bien ficellée sur deux personnes qui ne sont pas aussi spéciales et différentes qu'on pourrait le penser.

 


A préciser qu'un anime et 2 OAV ont été tiré de Gravitation et, cas étrange pour moi, je les ai trouvés bien réalisés et proches du manga papier, mais il faut dire que c'est un studio très réputé qui s'en est occupé : le studio Deen(Lamu, DNA, GetBackers, Samourai Deeper Kyo, Vampire Knight...). Les musiques y sont particulèrement dynamiques!

 

 

 



Pour conclure, c'est un manga qui au (tout) premier abord peut rebuter mais il faut vraiment passer au dessus de cet a priori car il nous réserve énormément de bonnes surprises avec une belle histoire, des personnages attachants, et surtout beaucoup d'humour qui , je continue de le penser, est la meilleure façon de faire passer un message!

 

 

 

 

Voici l'opening de l'Anime :


Gravitation - Opening - Super drive
par marion682

 

Repost 0
2 juillet 2008 3 02 /07 /juillet /2008 15:31


                      

Et voici pour commencer cette partie manga : Paradise Kiss


Infos pratiques

Titre : Paradise Kiss
Mangaka : Ai Yazawa
Type : Shojo
Genre : romance, comédie, drame
Pays d'origine : Japon
Date publication : 2000
Editeur VF : Kana
Tomes : 5


Résumé

Ce manga raconte la vie d'une jeune fille, toujours plongée dans son adolescence, Yukari Hayasaka, qui a du mal à supporter le lycée, et désespère de passer le plus rapidement possible les examens d'entrée pour l'université pour échapper au plus vite à sa mère dominatrice. Tout va changer, lorsqu'elle se fait remarquer par Arashi et Isabella, qui font partie du groupe de conception d'habillement de Paradise Kiss. Ils lui demandent d'être modèle pour leur nouvelle ligne de vêtement ! Peu après, elle rencontre les deux autres membres de l'équipe de Paradise Kiss: Miwako et George. Au commencement Yukari essaye de garder ses distances sur ce type d'école pour les "phénomènes" des arts, mais elle devient rapidement accroc à ce style de vie, et finit par devenir une amie intime avec les membres de Paradise Kiss. Pendant, qu'elle se faisait embarquer vers les étoiles de la haute couture et des top-modèles, Yukari commence à sécher de plus en plus l'école, et sinterroge sur son avenir. Et quand les nouveaux amis et le petit ami de Yukari lui prouvent que l'école n'est pas rien, elle est déchirée entre vivre de la manière dont chacun veut la voir, et faire ce qu'elle veut rééllement.
(pris sur AnimeKa)


Avis


Je déteste ce manga autant que je l'aime (non c'est faux, je l'adore^^). C'est paradoxal mais le manga l'est, comme toutes les autres œuvres de Ai Yazawa. Je pense même qu'en fait, c'est mon préféré. Il est agréable de découvrir une histoire qui semble proche de la notre ou tout n'est pas rose. Je suis la première à lire des shojo sans grande consistance, mais j'apprécie quand même beaucoup plus le travail d'artiste comme Mme Yazawa, dont il nous reste une trace longtemps après l'avoir lu.

 

Ce manga est une réussite sur les deux tableaux que sont le fond et la forme.

Pour le premier, il est évident qu'une telle histoire ne peut que provoquer de nombreuses émotions. Des personnages très différents et identifiables, bien plus humains qu'ils ne semblent à première vue ; une héroïne dans laquelle il est possible de se reconnaitre. On nous brosse ici, de manière poétique, un vra tableau urbain de la société actuelle : le stress des études, la peur de l'avenir pour de jeunes adultes, la construction de la personnalité. Toute l'histoire est un prétexte pour parler de cette entrée dans le monde des adultes, vaste, effrayant attirant... C'est presque un conte qui est sensé nous faire nous faire grandir avec les personnages, on se rend compte que grandir demande des sacrifices, des responsabilités. Mais derrière le côté défaitiste, il y a un grand message d'espoir : si on se donne les moyens, on peut réaliser ses rêves et il est important de se le rappeler. La souffrance ne mène pas forcément, elle-même, à la souffrance. C'est sur cette morale que se base le manga.


Autour, s'est construit tout un univers conçu par ces étudiants en mode et notre apprentie mannequin. Je ne suis personnellement pas férue de ce milieu mais j'ai adoré en apprendre plus sur ce monde, et c'est particulièrement du au talent de la mangaka pour avoir crée des personnages si attachants, si énervants...si humains. Qui n'a pas craqué pour Georges et n'a pas en même temps voulu le baffer pour traiter les femmes comme des objets? Qui n'a pas été ému devant Isabella qui ne demandait qu'à porter des vêtements de femme malgré son sexe? Qui n'a pas adoré la jolie Miwako si forte et fragile en même temps? Les personnages ne sont pas parfaits, il leur arrive d'être faible, de préférer la simplicité et ils le revendiquent.

 

 


Et puis, très important pour moi, je n'ai jamais lu une aussi belle fin ; il y a un tel mélange d'espoir, de mélancolie et bonheur et de tristesse! Avec une telle fin, il est évident que le manga marque les esprits. Je viens justement de ressortir mon dernier tome et j'ai toujours des frissons rien qu'à relire les dernières pages. Ce n'est pas anodin...


 
Puis, pour ce qui est de la forme, nous parlons de Ai Yazawa et elle est vraiment au sommet pour Paradise Kiss! Les dessins sont sublimes très soignés et particulièrement les gros plans. De plus, faire évoluer l'histoire dans le milieu de la mode lui a permis de se concentrer beaucoup sur les vêtements (qui restent très important symboliquement). Il y a peu de grands décors, mis à part les pleines pages réalisées exprès, ce qui fait que l'on se concentre sur les personnages pour lesquels Ai Yazawa s'est appliquée. La grande force qu'elle a est qu'elle arrive à nous faire voir de magnifiques couleurs là où il n’y a que du noir et blanc ; pour cela chapeau!

 

J'ai commencé cette section bandes dessinées asiatiques par Paradise Kiss parce qu'il sort de l'ordinaire, il est très beau, on retrouve de belles histoires humaines que l'on assimile vite à notre propre vécu. Je ne peux que le recommander, vous ne perdrez ni votre argent, ni votre temps!

 

Voici l'opening de la série anime qui a été tirée du manga :

Repost 0
22 février 2008 5 22 /02 /février /2008 17:23

                                                    

manga-shop-copie-1.jpg



Pour beaucoup la passion pour le Japon est venue tout d’abord d’une passion pour les manga (pour info on a le droit de ne pas mettre de « s » pour des mots étrangers lorsque à l’origine ils n’en ont pas au pluriel), c’est donc de ce sujet que j’ai décidé de traiter ici avant de commencer à donner mon avis sur les différentes œuvres que j’ai pu lire ! Enjoy !!

 

Historiquement, les manga relèveraient plus du domaine traditionnel parce que on peut dater leur apparition au XIIème siècle (avec les estampes notamment) mais on admet plus généralement que son expansion est beaucoup plus récente et enracinée dans la culture japonaise moderne. Le mot « manga » réfère aux bandes dessinées en japonais. Il est souvent traduit par « esquisse libre » ou « image dérisoire ». A l’origine ces bandes dessinées étaient semblables aux comics américains mais ils se sont révélés différents et sur certains points plus complexes notamment parce que leurs divers sujets servent d’exutoire aux japonais qui ne supporte plus leur société.

 

On peut considérer que la vrai explosion des manga aux Japon a eut lieu quelques temps après la Seconde Guerre Mondiale et cela pour deux raisons : l’influence américaine et le fait que, le pays ruiné, la population est à la recherche d’un loisir à bas coût. A cette époque, un homme révolutionna des bandes dessinées japonaises : Osamu Tezuka, un mangaka (dessinateur de manga) qui rêvait de dessins animés et qui transcrivait sur le papier ce qu’il voulait voir à l’écran. C’est de là que le style propre aux manga est apparut. On peut dire qu’il imite le cinéma, comme pour des story boards avec par exemple une alternation des plans.

   Osamu_Tezuka-copie-1.jpg
J’aimerais parler des distinctions entre les manga et nos bandes dessinées occidentales. Tout d’abord, le sens de lecture est différent. Un manga se lit du verso au recto et de haut en bas, ce qui peut créer des difficultés pour les traductions étrangères. Ensuite, ils sont très souvent en noir et blanc tout simplement parce que au premier tirage, ils sont publiés sur du papier recyclé peu cher dans des magazines peu chers. L’importante production a aussi son rôle à y jouer.

 On peut aussi remarquer qu’un manga comporte un nombre important de pages. Par exemple, une bande dessinée européenne comptera 40 planches lorsqu’il en faudra au moins 100 pour un manga ; de plus un manga est souvent le plus volumes ce qui augmente le nombre de pages.

Un autre point est que le dessin est moins statique que dans nos BD, c’est je le répète beaucoup plus proche du cinéma. Lié à cela, les personnages sont très expressifs, on montre par exemple très bien la gêne, la colère alors que ce n’est pas apprécié dans la culture japonaise où le calme et le sérieux sont très important pour les relations sociales.

Et vous avez tous remarqué que la majorité des personnages ont des traits occidentaux. Un samouraï roux ou une écolière blonde ne sont pas surprenant pour le lecteur japonais même si ces personnages sont sensés être japonais. Personne ne sait vraiment pourquoi mais une part importante est due à l’attraction qu’exerce l’occident pour le Japon, et ce phénomène est d’ailleurs très présent dans la vie japonaise de toute les jours.

 

J’étais sensée présenter les différentes catégories de manga mais il y e a tellement que ce serait bien long à lire et à expliquer les différences ! Je dirai juste que les manga sont classifiés pour être destinés à des personnes différentes selon l’age, le sexe, les goûts... Les trois catégories principales, et surtout celles que l’on retrouve le plus en France sont les shonen (plus pour les adolescents) comme Naruto ou Beach ; les shojo(plus pour les adolescentes, ce sont généralement des romances plu ou moins complexes) comme Nana ou Fruits Basket ; et les shonen (pour les jeunes adultes) comme Death Note ou Love Hina. Bien sur c’est à prendre au sens large car faire un regroupement n’est pas mon attention. Franchement, vous pouvez trouver ce que vous voulez comme sujet de manga : l’histoire, des policiers, le sport…
shojobeat-nanaII-copie-1.jpg

 

Finalement je souhaiterais rapidement faire une petite étude du marché du manga (et je remercie Wikipédia pour les chiffres). Donc, le Japon est le 1er marché de bandes dessinées au Monde ce qui fait de lui le détenteur de deux records : celui du nombre de titres publiés et celui de la plus grande diversité de sujets. Ce marché représente au Japon 5 milliards d’euros. C’est sans compter tous les produits dérivés, animes, films qui en sont tirés et qui représentent 1,5 milliards d’euros. Pour l’anecdote, parmi les 10 plus grandes fortunes du Japon, il y a 6 mangaka. La France, elle, est le second pays le plus consommateur de manga (après le Japon) avec 10 million de copies par an au début 2006 (ce chiffre a du donc beaucoup augmenter). Les manga représentent 45% du chiffre d’affaire des bandes dessinées et sont le deuxième secteur le plus dynamique de l’édition.

 

Et voilà ! Maintenant je vais pouvoir présenter les mangas que j’ai lu et en donner mon avis !! Je ne pense pas faire un tel documentaire pour les manhwa et co donc je dirai juste que les mangas ne sont plus seuls sur le marché de la BD asiatique, il y a aussi les manhwa qui sont les bd coréennes et les manhua qui sont les bd chinoises ! Je n’ai pas lu d’autres styles de BD donc je pense que ça sera tout !!

                                       planche.jpg

Repost 0

Présentation

  • : jitaku de toi_dix_mois
  • jitaku de toi_dix_mois
  • : Mon propre site sur la culture asiatique en général, et surtout le Japon avec principalement les acteurs, chanteurs, séries, cultures... Si vous avez des questions, n'hésitez pas à me contacter ou à passer par formspring !
  • Contact

Recherche

Liens